Prestations du CIV

Vous avez une cataracte, une tension oculaire élevée, un diabète, un kératocône ? Casablanca Implant Vision vous offre les meilleurs services, en termes d’accueil et d’équipement, pour vous assurer des diagnostics approfondis, en vue d’identifier toute maladie oculaire éventuelle et vous proposer des traitements adéquats.

Se débarrasser de ses lunettes

Je veux me débarrasser des lunettes. Que faire ?

Consultation réfractive
A travers les premières explorations, cette étape permet de savoir si le patient est éligible à la chirurgie réfractive. Elle est destinée à évaluer le défaut visuel et à rechercher une éventuelle contre-indication à une telle chirurgie. Au cours de cette consultation, toutes les informations relatives à l’intervention sont transmises au patient. Dès lors, il est possible de fixer la date de la consultation du bilan réfractif préopératoire.
Bilan réfractif et choix de la technique de traitement

Ce bilan permet de mieux cerner le défaut visuel du patient et de pouvoir lui proposer la technique opératoire adéquate.

La consultation dure environ deux heures durant lesquelles, le chirurgien et son équipe pratiquent un bilan approfondi, notamment à travers les examens suivants : Evaluation de la vision (avec et sans dilatation) ; Topographie cornéenne (cartographie de la face antérieure et postérieure de la cornée) ; Pachymétrie (épaisseur de la cornée) ; Aberrométrie (mesures des aberrations optiques) ; Score (dépistage des cornées à risque) ; Fond d’œil (examen de tous les milieux de votre œil) et prise de tension oculaire ; Pupillométrie (examen pour évaluer la réaction de vos pupilles face à différentes intensités lumineuses).

Après ce bilan, le patient choisit avec le chirurgien la technique opératoire (implant ou laser) la plus adaptée, en fonction de : la nature et de la puissance du défaut visuel relevé ; la courbure et de l’épaisseur de la cornée ; l’âge du patient ; les activités du patient; les antécédents ophtalmologiques du patient..

Préparation de l'opération
Quand l’indication opératoire est confirmée, la date de l’opération est fixée en commun accord entre le chirurgien et le patient. Il s’en suit alors les formalités du dossier administratif, avec remise de la lettre d’admission à la clinique. Par ailleurs, les frais et les coûts de l’opération sont réglés par le patient, sur la base d’un prix forfaitaire, selon le type de traitement convenu.
Jour J de l'opération
Le patient se présente le jour J de l’opération et est accueilli par l’équipe médicale. Il est dirigé au bloc opératoire et un calmant lui est proposé. L’anesthésie se fait par une simple instillation de gouttes oculaires qui insensibilisent la surface de l’œil. Le patient est allongé confortablement sous le dispositif opératoire. Un petit écarteur maintient les paupières ouvertes et l’intervention peut alors se dérouler selon la méthode choisie au préalable. L’opération se réalise en ambulatoire. Elle est indolore et se déroule en quelques minutes seulement. La récupération visuelle définitive se fait rapidement. Le patient quitte alors la clinique en moins d’une heure après l’opération.
Contrôle post opératoire
Le lendemain de l’opération, le patient se représente à la clinique pour son premier contrôle postopératoire. Après une semaine, il revient pour le deuxième contrôle, il s’en suit le troisième après un mois et enfin le quatrième après 3 mois. Durant cette période, le patient reçoit toutes les réponses à ses questions ainsi que les recommandations nécessaires à observer durant la phase de guérison.

A propos de la cataracte

J’ai la cataracte. Que faire ?

Consultation cataracte
La première étape consiste à identifier la maladie, selon des signes cliniques manifestes, dont notamment la baisse de la vision, ainsi que d’autres signes spécifiques.Des explorations préliminaires sont effectuées par le chirurgien ophtalmologiste, pour s’assurer de l’importance de la gêne causée par la cataracte.
Bilan cataracte
Le bilan de cataracte a pour but de confirmer le type de cataracte à traiter, ainsi que le mode opératoire adéquat. Plusieurs types d’examens sont effectués, notamment : Mesure du défaut visuel : apprécier la gêne visuelle. Examen de l’œil au biomicroscope : examen de la cornée et du cristallin ; examen de la rétine et du nerf optique. Biométrie : examen qui permet de calculer la puissance de l’implant. Optical Coherence Tomography (OCT) : examen par un scanner rétinien au niveau de la macula. Topographie cornéenne : examen pour analyser et optimiser le choix de l’implant. Microscopie spéculaire : Permet l’observation de la couche cellulaire la plus profonde de la cornée à la recherche d’un déficit cellulaire endothélial quantitatif ou qualitatif. D’autres examens complémentaires peuvent être effectués, selon le cas à traiter et le type de cataracte identifié.
Préparation de l'opération
Quand l’indication opératoire est confirmée, la date de l’opération est fixée en commun accord entre le chirurgien et le patient. Il s’en suit alors : L’établissement d’un bilan sanguin du patient ; La rencontre avec l’anesthésiste pour des recommandations usuelles ; Les formalités du dossier administratif, avec remise de la lettre d’admission à la clinique ; Le règlement des frais et des coûts de l’opération par le patient, sur la base d’un prix forfaitaire, selon le type de traitement convenu.
Jour J de l'opération
Le patient se présente le jour J de l’opération à jeun. Il est accueilli par l’équipe médicale, qui lui remet une combinaison spéciale à enfiler à la place de ses vêtements. Il est dirigé par la suite au bloc opératoire et, un relaxant lui est administré. L’anesthésie se fait, le plus souvent, par une simple instillation de gouttes oculaires qui insensibilisent la surface de l’œil. Le patient est allongé confortablement sous le dispositif opératoire. Un petit écarteur maintient les paupières ouvertes et l’intervention peut alors se dérouler selon le mode opératoire convenu.   L’opération se réalise en ambulatoire pour le 1er œil seulement et dure environ 15 minutes. Le patient quitte la clinique par la suite, avec un bandeau sur l’œil opéré. L’opération du 2ème œil peut être envisagée à partir du 3ème jour, selon la même procédure..
Contrôle post opératoire
Le lendemain de l’opération, le patient se représente à la clinique pour son premier contrôle postopératoire. Le chirurgien, lui enlève le bandeau, le rassure et lui précise les recommandations à observer pendant la période de guérison. Des médicaments lui sont prescrits si nécessaire. Le contrôle peut se prolonger jusqu’à 3 mois après l’opération, afin de suivre la stabilité de la vision et proposer, si nécessaire, un complément laser (traitement bioptic).

A propos de la tension oculaire élevée

J’ai la tension oculaire élevée. Que faire ?

Diagnostic
Le diagnostic du glaucome comprend plusieurs examens, notamment: Test de tonométrie : Le tonomètre mesure la pression à l’intérieur de l’œil. Mesure de l’épaisseur de la cornée : Si la cornée est épaisse, la pression est surestimée; si la cornée est mince, la pression est sous-estimée. Observation de l’œil : Des indices de dommages au nerf optique peuvent être observés à l’aide d’un appareil qui dirige une lumière dans l’œil. Test du champ de vision : Pour évaluer l’étendue du champ visuel, on demande à la personne de fixer une cible au centre d’une sphère illuminée, puis un point lumineux apparaît à différents endroits du champ visuel. D’autres examens complémentaires peuvent être effectués, selon le cas à traiter et le type de glaucome identifié.
Traitement
Si le glaucome est à angle ouvert, 4 possibilités de traitement sont envisagées : Les gouttes ophtalmiques (collyres) :les plus utilisés sont les bêta-bloqueurs , les agents alpha-adrénergiques, les analogues des prostaglandines, les inhibiteurs de l’anhydrase carbonique et les myotiques. La majorité de ces médicaments agissent à la fois en réduisant la production d’humeur aqueuse dans l’œil et en augmentant son excrétion. Les médicaments par voie orale : Si les gouttes ne permettent pas de réduire suffisamment la pression intraoculaire, une médication par voie orale peut être prescrite (par exemple, des inhibiteurs de l’anhydrase carbonique). Le traitement au laser : Cette intervention, appelée trabéculoplastie, vise à aider la circulation de l’humeur aqueuse dans l’œil. L’intervention est indolore et rapide : elle se pratique en une ou 2 séances de 5 minutes. La chirurgie classique : Cette chirurgie à l’œil porte le nom de trabéculectomie. L’intervention vise à créer une nouvelle voie d’évacuation de l’humeur aqueuse, en enlevant un petit segment de trabéculum. Pour le glaucome à angle fermé, on a recours à plusieurs médicaments pour réduire rapidement la pression intraoculaire. Après, on ouvre une voie de passage à travers l’iris, à l’aide d’un rayon au laser. Cette intervention porte le nom d’iridotomie périphérique. Pour le glaucome congénital, seule la chirurgie peut le corriger.

A propos du diabète

J’ai le diabète. Que faire ?

Diagnostic
Le diagnostic de la rétinopathie diabétique se déroule comme suit: Examen la rétine au moyen d’un ophtalmoscope , qui éclaire d’une lumière vive le fond de l’œil et permet d’examiner de près les vaisseaux sanguins de la rétine. Optical Coherence Tomography (OCT) : examen par un scanner rétinien au niveau de la macula. Examen de la rétine au moyen d’une angiographie à la fluorescéine , qui permet de détecter les signes de saignements des vaisseaux sanguins. Cette technique permet de localiser avec précision les régions de la rétine susceptibles de saigner.
Traitement
Diagnostiquée à temps, la rétinopathie diabétique peut être traitée efficacement. Lorsque des lésions diabétiques débutantes sont découvertes, elles doivent être stabilisées. Le traitement utilisé est la photocoagulation au laser (en plusieurs séances). Celui-ci a pour but de traiter les zones d’ischémie, ce qui amène une régression des vaisseaux anormaux.   Le laser est très efficace mais, à la suite du traitement, il arrive que certaines personnes notent une baisse de la vision périphérique et de la vision nocturne. L’ophtalmologue peut aussi utiliser des injections intraoculaires, en cas d’œdème maculaire diffus. Les produits utilisés sont alors soit des corticoïdes (triamcinolone) soit des antiangiogéniques AntiVEGFs . Des injections répétées sont souvent nécessaires, car l’efficacité des différents agents pharmacologiques est limitée dans le temps. Dans les cas de rétinopathie diabétique proliférative avec hémorragie du vitré, une vitrectomie peut être indiquée. Cette intervention chirurgicale consiste à extraire le corps vitré. Dans ces cas, le traitement au laser est complété après l’évacuation de l’hémorragie du vitré.

A propos de mon enfant

Mon enfant ne voit pas bien. Que dois-je faire ?

Diagnostic
L’ophtalmologiste procède à un diagnostic spécifique, notamment en effectuant des examens suivants: Test du réflexe de rétrécissement de la pupille, recherche d’un éventuel strabisme, vérification du bon fonctionnement de chaque œil, détection d’éventuelles anomalies de la cornée et du cristallin, mesure de l’acuité visuelle de loin et de près, ainsi que la perception du relief, mesure du défaut optique et/ou un « fond de l’œil » D’autres examens complémentaires peuvent être effectués, selon le cas à traiter et le type de trouble identifié.
Traitement
Une fois le trouble ou la maladie identifiés, l’ophtalmologiste vous prescrit le traitement adéquat : Médicaments, si c’est juste une infection légère ; Port de lunettes, si l’enfant présente un trouble visuel classique (myopie, hypermétropie, astigmatisme, presbytie…) ; Chirurgie, si l’enfant présente une maladie oculaire (strabisme, l’amblyopie, le glaucome congénital, la rétinite pigmentaire…).

A propos du kératocône

J’ai le kératocône. Que faire ?

Diagnostic
Vous devez consulter un ophtalmologue qui va effectuer un ensemble d’examens, en vue d’identifier la maladie et de déterminer le traitement adéquat. Le dépistage du kératocône concerne celui des formes infracliniques de kératocône. Il est effectué grâce à l’examen de topographie cornéenne, en incluant les cartes de courbure, d’élévation et les cartes tomographiques. Certains examens complémentaires (comme la mesure des propriétés biomécaniques de la cornée) peuvent être effectués en complément.
Traitement
Quatre solutions sont envisageables: Le Cross Linking (CXL) : Il s’agit d’un traitement biochimique qui combine l’application de la vitamine B2 (gouttes de riboflavine) et des rayons UV (ultra-violets). Le Cross Linking permet d’arrêter l’évolution de la maladie et de fortifier la cornée. Les Anneaux Intracornéens : Il s’agit d’implanter deux fragments d’anneaux intracornéens rigides, en plastique (Polyméthylmétacrylate), dans le contour de la cornée pour la renforcer, adapter sa déformation et ajuster sa courbure. PKR Topoguidée : Le Laser est guidé par une topographie de la cornée et, plus souvent, associé à un Cross Linking simultané ou décalé. Il permet de ré-uniformiser la cornée et de diminuer sensiblement le bombement du kératocône. La Greffe Cornéenne : Elle consiste à remplacer la partie centrale malade (déformée) de la cornée par une partie de cornée saine. Il existe deux types de greffe cornéenne : La greffe transfixiante et la greffe lamellaire antérieure.

A propos du contrôle

J’ai besoin de contrôler ma vision. Que faire ?

Diagnostic
Cette première étape consiste à examiner l’état des yeux et à identifier le défaut ou la maladie oculaire éventuelle. Plusieurs tests peuvent être envisagés, dont notamment: l’acuité visuelle : Elle est évaluée grâce à une échelle de Monoyer, un tableau sur lequel est écrit un ensemble de lettres majuscules de différentes tailles. Chaque œil est testé l’un après l’autre et noté selon une échelle de 10/10 à 1/10. la pression intraoculaire : Elle est mesurée grâce au tonomètre. Cette mesure est très utile, car si la pression dans l’œil s’avère trop élevée, elle peut provoquer l’apparition d’un glaucome. Examen au biomicroscope : permet de vérifier la surface oculaire (conjonctive, cornée) mais également les structures internes de l’œil. Le fond d’œil : permet d’examiner la rétine à l’aide d’un ophtalmoscope, une puissante lumière indolore.
Traitement
Selon les résultats du diagnostic effectué, l’ophtalmologiste prescrit au patient le traitement adéquat : médicaments, chirurgie ou des explorations complémentaires, pour mieux cerner la maladie ou le défaut et, s’assurer de la faisabilité du traitement à prescrire et des contre-indications éventuelles.

+212 522 95 00 58

Appelez - nous pour plus d'informations

Clinique Du Val D'Anfa 19, Bd Franklin Roosevelt

Anfa Casablanca

Nous sommes ouverts

du lundi au vendredi de 8h30 à 18h et le samedi de 8h30 à 12h30.

Des questions ?

Dans le cas où vous avez des questions, nous mettons à disposition ce formulaire pour toutes questions ouvertes, ou le numero whatsapp ci à côté.

7 + 3 =

Prêt à changer de vie ?

Le fait de régler un problème oculaire peut changer la vie. Faites le premier pas en nous contactant et en nous posant vos questions !